Si vous ne parvenez pas à lire correctement ce message, cliquez ici
Bonjour , voici la lettre d'information n°2 du Jeudi 12 Janvier 2017

Médiathèque Jacques Fairand : Prix Cormaris 2017

Participez au Prix Cormaris !Image1

Si vous aimez lire, découvrir, échanger et si vous êtes un peu sportif(ve) également, venez rejoindre la médiathèque de Cordemais pour un marathon littéraire (7 livres en 3 mois).

Vous participerez à l'élection de l'ouvrage qui obtiendra le Prix Cormaris 2017.

Pour cela, il suffit de vous inscrire à la médiathèque.

On vous attend nombreux !

Pour en savoir plus, cliquez ici.

ça S'EST PASSÉ LE 12 janvier 1913

Disparition des derniers omnibus tirés par des chevaux

paris-qui-rouleLe 12 janvier 1913, c'est la première journée sans transports en commun hippomobiles. La veille, le 11 janvier, les Parisiens ont assisté, lors d'un étonnant cortège funéraire joyeux, à l'ultime trajet du dernier omnibus à traction hippomobile de la capitale.

Dans les années 1830, afin de faire face à l'augmentation de la circulation des matériaux et des personnes, on procède à des aménagements. C'est ainsi que des emplacements sont réservés aux transports publics, la règle de conduite à droite est créée, l'excès de vitesse est inventé. Naissent dans ce cadre les transports en commun hippomobiles.

C'est Stanislas Baudry qui, le premier, en 1828, exploite une ligne à itinéraire fixe "Madeleine-Bastille". Il utilise des voitures, pouvant transporter jusqu'à 14 personnes, tirées par trois chevaux et qui partent tous les quarts d'heure. La voiture s'arrête à la demande et la course coûte 25 cents. Son succès entraîne la création d'autres entreprises similaires, exploitant toutes des lignes différentes, et portant des noms charmants comme la Société des Gazelles, la Société des Favorites, des Hirondelles, des Parisiennes, etc. En 1850, on en compte vingt, leur fusion va permettre d'harmoniser le réseau.

Mais petit à petit, le transport en commun à traction mécanique prend le pas sur le transport à traction hippomobile car plus rentable. De plus, les mauvais traitements infligés par certains cochés aux chevaux qui sillonnent les rues de la ville sont mal perçus par les parisiens. Après quelques années de cohabitation, la mécanique remplace définitivement le cheval. Le 12 janvier 1913, les omnibus tirés par des chevaux disparaissent définitivement au profit des autobus.

ATTENTION : ALERTE MÉTÉO

Alerte ORANGE au VENT jeudi 12 janvier de 18h à 21h !

Soyez prudent(e) !