Si vous ne parvenez pas à lire correctement ce message, cliquez ici
Bonjour , voici la lettre d'information n°28 du Jeudi 31 Août 2017

L'info'Hebdo se refait une beauté...

Comme vous pourrez le constater en téléchargeant l'Info'Hebdo ci-dessous, le bulletin municipal de Cordemais s'est refait une beauté. La mise en page a été modifiée et la couleur est apparue.

Les rubriques, quant à elles, n'ont pas changées. Vous trouverez les mêmes informations auxquelles vous êtres habitué(e), mais dans un environnement différent qui se veut plus dynamique et plus lisible, nous l'espérons.

Les élus et le service communication de Cordemais espère que ce nouvel habillage vous plaira !

affiche abeille 2Extraction du miel de Cordemais

Mercredi 6 septembre, l'UnApla va procéder à l'extraction du miel des ruches de Cordemais. Vous êtes invité(e) à y assister, salle du Conseil Municipal de la mairie, de 14h à 15h30. Vous pourrez goûter le miel fraîchement récolté.

Pour l'occasion, la médiathèque met l'abeille à l'honneur dans ses lectures, mais aussi dans ses animations à partir de mercredi et pour le restant de la semaine.
En savoir plus...

Alors, ne manquez pas ce rendez-vous avec la butineuse !

ça s'est passé le 31 août 1846

Découverte de Neptune  

280px-Neptune

 La découverte de Neptune est la première découverte d'un objet céleste réalisée grâce au calcul mathématique avant de l'être par l'observation. Longtemps objet de débats quant à sa paternité, elle est aujourd'hui attribuée sans conteste à l'astronome français Urbain Le Verrier, qui a prédit mathématiquement l'existence et la position de la planète. Les résultats de Le Verrier, publiés fin août 1846 après deux ans de calculs à partir de la trajectoire et des caractéristiques d'Uranus, conduisent l'astronome allemand Johann Gottfried Galle, assisté par son compatriote Heinrich Louis d'Arrest, à observer dans la nuit du 23 au 24 septembre 1846 à l'Observatoire de Berlin la planète à moins d'un degré de la position théorique déterminée par Le Verrier.

Neptune est invisible à l’œil nu car sa magnitude apparente n'est jamais inférieure à 7,73. Les premières observations de Neptune ne furent donc possibles qu'après l'invention du télescope.